La Corporation des concessionnaires automobiles du Québec est absolument contre une loi « ZÉRO ÉMISSION »


CCAQ

La Corporation des concessionnaires automobiles du Québec n’a pas été longue à réagir à la possibilité qu’une loi “zéro émission” puisse être adoptée dans le cadre  du nouveau Plan d’action en électrification des transports 2015-2020

Voici le communiqué qu’elle s’est empressée d’émettre:

LA CCAQ ET SES MEMBRES : EN FAVEUR DE L’ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS, MAIS ABSOLUMENT CONTRE UNE LOI « ZÉRO ÉMISSION »

Les concessionnaires et les constructeurs automobiles sont très proactifs pour la protection de notre environnement et l’amélioration constante du parc automobile québécois. Ils investissent des sommes colossales en recherche et développement pour l’amélioration d’une panoplie de technologies afin de bonifier sans cesse la qualité écologique et la sécurité de notre parc automobile.

L’industrie automobile collabore sur une base régulière et active avec les instances gouvernementales. Cette collaboration a donné lieu à l’adoption de règlementations sur les émissions de gaz à effet de serre (GES) aux États-Unis, au Canada et au Québec, qui a harmonisé sa réglementation avec le fédéral. Cette règlementation extrêmement rigoureuse fait en sorte que les constructeurs n’ont d’autre alternative que d’accélérer le développement de différentes technologies et d’infrastructures pour atteindre les objectifs de réduction importante de matière polluante du parc automobile. À titre d’exemple, la consommation de carburant des véhicules légers et les émissions de gaz à effet de serre diminueront de 50 % sur les modèles 2025 par rapport aux modèles de 2008.

En partenariat avec tous les constructeurs, nos concessionnaires membres travaillent très fort afin de distribuer les véhicules que les consommateurs aiment et désirent se procurer. Bref, nos membres doivent répondre aux besoins de leur clientèle.

La CCAQ et les concessionnaires reconnaissent que l’électrification des véhicules est une technologie qui favorise des bénéfices tant pour la réduction des GES que des émissions de smog. La CCAQ est fière que le Québec soit le « leader » incontesté parmi les provinces canadiennes et plusieurs États du Nord-Est des États-Unis pour les ventes de véhicules électriques rechargeables pour deux raisons principales : son électricité renouvelable peu coûteuse et une approche pragmatique d’incitatifs aux consommateurs.

La CCAQ et ses membres sont en faveur de l’électrification des transports, mais absolument contre une loi « zéro émission ». L’adoption possible d’une loi « zéro émission » – une grave erreur tant pour les consommateurs que pour l’industrie

Sans aucune loi contraignante, le Québec est déjà un modèle en Amérique du Nord en ce qui a trait à la vente de véhicules électriques dont plus de 50 % de ces véhicules vendus au Canada le sont au Québec.

Il est beaucoup plus productif pour l’industrie et les gouvernements de travailler ensemble sur des incitatifs plutôt que des mesures pour dicter quelle technologie les consommateurs devraient acheter ou alors quels véhicules les constructeurs et les concessionnaires devraient distribuer au Québec.

En adoptant une loi « zéro émission », le gouvernement se trouve à dicter aux consommateurs le choix du type de véhicules sans tenir compte de leurs besoins familiaux, professionnels, etc. Qu’advient-il s’il n’y a pas de borne de recharge dans une région rurale alors qu’une loi « zéro émission » impose la distribution d’un volume minimum par les constructeurs et les concessionnaires ? Une telle loi sera très néfaste pour l’ensemble des concessionnaires du Québec qui supportent tous les risques financiers de la distribution et du service après-vente.

Dans un contexte extrêmement compétitif où plus de 20 constructeurs distribuent déjà des centaines de modèles dont des véhicules électriques et hybrides rechargeables et un réseau de 900 concessionnaires qui se livrent une compétition extrême qui profite aux consommateurs, nos membres ne peuvent supporter les couts de véhicules en inventaire si les consommateurs ne veulent pas acheter en nombre suffisant.

En conclusion, c’est un non catégorique à une éventuelle loi « zéro émission ».

Les concessionnaires tout comme les constructeurs sont toujours disposés à travailler avec nos instances gouvernementales sur les moyens de soutenir et accroître l’adoption par les consommateurs d’une vaste gamme de nouvelles technologies de véhicules, y compris bien sûr les véhicules électriques rechargeables et les véhicules hybrides qui sont présentement disponibles dans notre marché et dont la variété de modèles augmente chaque année. Les données sur les ventes de véhicules en Amérique du Nord démontrent qu’avec son actuelle approche fondée sur des incitatifs, le Québec est déjà le leader canadien à l’égard des véhicules électriques.

Le Québec fait fausse route en ne ciblant pas le vrai problème : les véhicules âgés qui circulent sur nos routes sans programme d’inspection

Plus de cinq millions de véhicules circulent sur les routes du Québec. De ce nombre, plus de 1,5 million sont âgés de onze ans et plus. Ces véhicules ne sont pas équipés des nouvelles technologies, de sorte qu’ils sont beaucoup plus polluants que les nouveaux modèles de véhicules neufs. Contrairement à plusieurs provinces canadiennes et plusieurs états américains, il n’existe au Québec aucun programme d’inspection environnemental et sécuritaire de ces véhicules. Sans l’adoption d’un tel programme, l’atteinte des objectifs ambitieux de réduction des matières polluantes du parc automobile est vouée à l’échec.

Qui sommes-nous ? Organisme à but non lucratif fondé en 1945, la CCAQ compte près de 850 concessionnaires titulaires d’une franchise d’un constructeur, lesquels emploient collectivement près de 37 000 personnes. Ils investissent ensemble des milliards de dollars dans l’économie québécoise. Nos membres ont donc un impact économique et social très considérable. Sur le plan social, ils figurent à juste titre parmi les citoyens les plus généreux et engagés socialement. Au total, on estime que la contribution financière des membres de la CCAQ pour des œuvres ou associations à caractère caritatif s’élève annuellement à plus de 9 000 000 $.

SOURCE Corporation des concessionnaires automobiles du Québec

Renseignements : Me Jacques Béchard, Président-directeur général, 418 523-2991

LIENS CONNEXES
http://www.ccaq.com/

Suivez-moi

Jean-Claude Cousineau

Jean-Claude Cousineau est le fondateur du site Éco-Énergie à Montréal. Depuis avril 2015 il travaille pour Les Entreprises Ecosolaris. Ilest également un collaborateur du site Roulez Électrique.
Suivez-moi

2 réflexions au sujet de « La Corporation des concessionnaires automobiles du Québec est absolument contre une loi « ZÉRO ÉMISSION » »

  1. Ben voyons ! « Il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre », disait Einstein.

    Les programmes d’inspection “influencé par certains lobby” ont un effet pervers : plus il est influencé et plus le parc automobile est “rajeuni”.
    Etrange si on considère qu’un programme d’inspection a pour but de maintenir les vieux véhicule en état de marche sécuritaire ?
    L’objectif “annoncé” n’est donc pas atteint, l’objectif de vendre plus de véhicule neuf lui est bien atteint !

    Il faudrait donc prendre en compte l’impact environnemental d’utiliser des véhicule comme des consommables a courte durée de vie. Pour ma part tant que des études rigoureuse ne me prouveront pas le contraire je suis persuadé que conserver son véhicule le plus longtemps possible est un geste écologique.

    1. Tout à fait d’accord avec «conserver son véhicule le plus longtemps possible est un geste écologique». Malheureusement il faut tenir compte de la désuétude programmée. J’ai vécu une mauvaise expérience avec un Ford Explorer qui m’a couté plus de 6000$ de réparation sur 3 ans. Par exemple, une journée un bearing de roue avant droit doit être remplacé et 2 mois plus tard c’est celui du côté gauche. Plus j’approchais de 160000 Km au compteur plus ça pétais de partout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *