Des éoliennes miniatures et une maison verte : diverses façons d’en apprendre sur l’énergie du vent

Communiqué publié par UQAR-Info
UQAR

Le 27 janvier 2010

Afin de faciliter l’apprentissage et l’enseignement des sciences et technologies, mais aussi pour réduire le décrochage scolaire, une équipe de professeurs de l’UQAR ont conçu et développé de nouveaux outils pédagogiques : d’abord, des mallettes que chaque enseignant peut utiliser facilement dans sa classe et qui contiennent des petites éoliennes, en modèle réduit ou en taille réelle. Et ensuite, une petite maison verte !

À partir de la trousse contenue dans la mallette, tous les élèves peuvent ainsi, en classe, construire manuellement des éoliennes et comprendre leur fonctionnement, leur utilité, et les principes techniques qui animent ces « machines ».

Ce type d’outils pédagogiques s’intègre bien dans les objectifs de la réforme de l’éducation, axée sur l’acquisition de compétences transversales. En outre, ces méthodes d’apprentissage, davantage axées sur des exercices pratiques, facilitent l’apprentissage des sciences et technologies et réduisent les risques de décrochage scolaire. C’est pour cela que le MDEIE (Ministère du Développement économique, de l’Industrie et de l’Exportation) et le MELS (Ministère de l’éducation du Québec) ont soutenu ce projet innovateur.

Éolienne pour l'enseignement> Éolienne pour l’enseignement au secondaire.

Deux premières trousses ont été développées pour les classes du primaire et du secondaire, mais devant le succès de ce genre de moyen pédagogique ingénieux et pratique, l’UQAR prévoit adapter ces trousses pour les écoles des communautés autochtones et développer de tels outils pour l’enseignement professionnel et pour la formation aux adultes.

Avant de les diffuser dans les écoles du Québec, il a fallu cependant vérifier longuement ces nouveaux outils d’enseignement dans de nombreuses classes pour s’assurer de leur adaptation, d’une part pour répondre aux exigences de la réforme de l’éducation, et d’autre part pour que les enseignants puissent les utiliser facilement et efficacement. Ces nombreux tests, réalisés dans tout le Québec, et jusque dans des communautés autochtones isolées, ont été rendus possibles grâce à une subvention du programme Nova-Science du MDEIE, et grâce à une collaboration étroite avec le MELS, les conseillers pédagogiques des commissions scolaires et évidemment, de nombreux enseignants.

Ces exercices pratiques réalisés par les élèves dans les classes leur permettent de mieux comprendre les énergies renouvelables mais aussi les mathématiques, les technologies, les sciences de l’environnement. Ils découvrent ainsi des métiers d’avenir et seront motivés à acquérir des compétences utiles dans les emplois de demain.

Parmi les secteurs d’avenir, on signale le recours aux énergies renouvelables et les économies d’énergie au niveau résidentiel. Ainsi, une mini-maison a été équipée de ces petits systèmes éoliens et solaires permettant d’être alimentés en électricité sans dépendre d’autre chose que du vent et du soleil. Cet éco-habitat est d’ailleurs en forte demande dans diverses régions du monde où l’électricité s’avère peu disponible.

Équipe devant la maison verte

Entourant le professeur Adrian Ilinca, l’équipe de professeurs, d’étudiants et de stagiaires en éolien, devant la petite maison verte

La petite maison verte de Pointe-au-Père illustre donc assez bien ces applications et les types d’emplois qui seront disponibles pour les jeunes Québécois qui, aujourd’hui, découvrent l’énergie éolienne dans leurs classes et construisent de leurs mains ces petites machines.

Le projet est dirigé par le professeur Adrian Ilinca, directeur du Laboratoire de recherche en énergie éolienne (LREE), en collaboration avec les professeurs du Département des Sciences de l’éducation, Adolphe Adihou et David Booth, et avec la contribution de Jean-Louis Chaumel, chercheur.

CARACTERISTIQUES DE LA PETITE MAISON VERTE

Maison verteMaison verte interieur

 

 

 

 


L’extérieur et l’intérieur de la petite maison verte, alimentée uniquement à l’éolien.
Afin de répondre aux nombreuses demandes, notez que la petite maison verte de Pointe-au-Père sera ouverte au public tous les samedis en février, de 10h à 16h. Il sera possible aussi, sur semaine, d’organiser une visite sur rendez-vous pour les milieux scolaires. Pour plus de détails : 418-732-8911.

Le petit bâtiment est aménagé pour fins de démonstration. Il illustre assez bien un chalet écologique ou comment une famille peut installer et utiliser l’énergie éolienne et solaire efficacement, avec un très faible investissement.

Dans le but d’alimenter la télévision, le réfrigérateur, l’ordinateur, l’éclairage à basse consommation et le système de son, la petite maison est équipée de trois petites éoliennes sur le toit, et de deux panneaux solaires. Au total l’apport d’électricité éolienne-solaire peut atteindre 1 kW, mais la réserve, sous forme de batteries, peut fournir 2,5 kW en pointe.

C’est exactement ce type de matériel qui est utilisé dans les classes pour initier les élèves à l’énergie éolienne.

Quelques exemples d’intégration et d’installation d’énergies renouvelables dans l’éco-habitat, en milieux isolés:

testimage 2

 

 

image3image4

-30-

Renseignements : Adrian Ilinca, directeur du Laboratoire de recherche en énergie éolienne (418-723-1986, poste 1460) ; Jean-Louis Chaumel (professeur retraité, membre du LREE, poste 1590), Geneviève Chaumel (adjointe administrative du LREE, (418)-732-8911), ou Mario Bélanger, Service des communications UQAR, 418-723-1986 poste 1426.

 

Suivez-moi

Jean-Claude Cousineau

Jean-Claude Cousineau est le fondateur du site Éco-Énergie à Montréal. Depuis avril 2015 il travaille pour Les Entreprises Ecosolaris. Ilest responsable du département dédié aux bornes de recharge et accessoires pour voitures électriques
Suivez-moi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *