Refus de signer la pétition pour une loi ZÉRO ÉMISSION – Mobilité Électrique du Canada se défend

Mobilité électrique du Canada - pétition ZÉRO ÉMISSIONL’association canadienne, Mobilité Électrique Canada, dédiée à la promotion de la mobilité électrique, a émis un communiqué aujourd’hui pour tenter d’expliquer les raisons qui la pousse à rejeter la mise en oeuvre d’une loi ZÉRO ÉMISSION, qui, rappelons-le, impose des quotas de vente de véhicules entièrement électriques ou hybrides rechargeables, comme cela se fait en Californie et dans 9 autres états américains. Ce communiqué surgit quelques jours après que sa présidente,  Mme Catherine Kargas,  eut refusé de signer une pétition demandant la mise en oeuvre d’une telle loi en sol québécois.

Voici le communiqué:

Mobilité électrique du Canada - pétition ZÉRO ÉMISSION

PÉTITION POUR UNE LOI ZÉRO ÉMISSION – LA POSITION DE MOBILITÉ ÉLECTRIQUE CANADA

3 mars 2014 –

Mise en contexte – Leadership du Québec dans le domaine du VÉ

Mobilité électrique Canada (MÉC) est l’association canadienne sans but lucratif dédiée exclusivement à la promotion de la mobilité électrique, dont les hybrides rechargeables et les véhicules électriques à batterie, tous deux appelés VÉ dans ce texte.

Depuis près de 10 ans, MÉC travaille avec les chefs de file du véhicule électrique dans chaque province et avec tous les paliers de gouvernement afin d’accélérer l’adoption des VÉ. Sans aucun doute, le Québec demeure une des provinces les plus actives dans le domaine du VÉ.

Les politiques sur l’électrification des transports adoptées par le gouvernement du Québec sont parmi les meilleures au monde pour promouvoir l’adoption des VÉ. Elles ont permis au Québec d’être la province qui a vendu le plus VÉ en 2013. D’ailleurs, au cours des derniers mois, les acheteurs potentiels de VÉ connaissent des difficultés lorsqu’ils tentent de mettre la main sur un de ces véhicules étant donné que le stock des concessionnaires a déjà été vendu. La bonne nouvelle est que les ventes de VÉ sont en hausse au Québec et que les réserves de VÉ doivent être plus importantes.

Les efforts en cours pour augmenter les stocks de VÉ au Québec
Depuis la fin de 2013, MÉC collabore avec les constructeurs automobiles et le gouvernement du Québec pour régler la situation des réserves de VÉ au Québec. Cette collaboration a donné lieu à des rencontres pour explorer la situation actuelle et suggérer des solutions.

Au début du mois de février, chaque constructeur automobile a rencontré les responsables du dossier du VÉ au gouvernement du Québec. Cela a permis aux constructeurs de revoir leurs ventes de VÉ respectives dans cette province. Tous les participants ont trouvé que ces rencontres avaient été fort utiles et qu’il y avait une volonté de la part des constructeurs pour contribuer à l’amélioration de la situation.

Lors de ces rencontres, le stock de VÉ acquis par chaque concessionnaire pour soutenir leurs parts de marché local a été abordé. Certains concessionnaires ont été agréablement surpris de voir leurs prévisions de vente de VÉ dépassées, mais cela a occasionné des réserves insuffisantes. Cette situation n’est pas rare lors du lancement d’un nouveau produit. Les constructeurs ont affirmé s’être engagés à travailler avec les concessionnaires pour augmenter le stock de VÉ pour répondre à la demande des consommateurs.

Suite à ces rencontres initiales, d’autres réunions auront lieu avec le gouvernement du Québec et les associations d’industries représentant les constructeurs automobiles. La Corporation des concessionnaires automobiles du Québec, qui peut jouer un rôle très important en indiquant les améliorations nécessaires, participera également à ces rencontres. MÉC est heureuse d’avoir été invitée à y participer et à y donner son opinion – ce texte en étant un bon exemple – quant aux améliorations à apporter et à la mise sur pied de solutions pour augmenter le niveau d’adoption du VÉ.

La pétition pour une Loi Zéro Émission au Québec

Par ailleurs, MÉC a pris connaissance d’une pétition pressant le gouvernement du Québec à adopter une Loi Zéro Émission comme moyen d’accélérer l’adoption des VÉ. MÉC soutient également le point de vue des pétitionnaires quant au fait que des actions doivent être entreprises pour améliorer l’offre de VÉ. Ceci étant dit, à ce jour, MÉC n’approuve pas le recours à une réglementation comme on en retrouve en Californie, et ce, pour les raisons suivantes :

  • Il est vrai que les ventes de VÉ en Californie sont importantes, mais les points de vue sont mitigés pour en expliquer les causes. La plupart croient que l’incitatif financier de la Californie, jumelé à celui du fédéral, rend l’achat d’un VÉ accessible et qu’il s’agit du principal moteur derrière les hausses de ventes des VÉ. D’autres pensent que la réglementation pour véhicules à zéro émission a également un impact positif pour la disponibilité des modèles de VÉ, ce qui pourrait également avoir contribué à la hausse des ventes.
  • La décision d’acheter un VÉ n’est pas influencée par les modèles de VÉ fabriqués par les constructeurs, mais par leur disponibilité dans les concessionnaires et la formation reçue par le personnel y travaillant.
  • Les constructeurs et les concessionnaires peuvent ensemble influencer la formation des vendeurs et les arguments de vente faits aux acheteurs potentiels de VÉ. Accélérer les ventes de VÉ nécessite donc la collaboration de ces deux groupes.
  • Malgré l’existence d’une réglementation zéro émission en Californie, il est anticipé qu’au cours des prochaines années, les ventes de VÉ y connaîtront une forte baisse. Ce phénomène peut être expliqué par le fait que la réglementation en soi est considérée comme insuffisante pour créer les conditions appropriées pour l’achat d’un VÉ par le consommateur.
  • L’expérience de la Norvège, où les incitatifs financiers ne sont qu’une partie d’un programme de mesure de soutien, est un parfait exemple de l’efficacité à créer les conditions au sein desquelles le consommateur perçoit le VÉ comme la meilleure solution pour ses besoins. MÉC se réjouit de voir le gouvernement du Québec s’engager dans diverses politiques similaires pour devenir un chef de file dans la création de conditions politiques gagnantes pour le consommateur dans le domaine du VÉ.
  • Enfin, le stock de VÉ appartient aux concessionnaires dans les marchés locaux. Avec la hausse des ventes, les commandes se feront plus importantes pour répondre à la forte demande.

Le gouvernement du Québec a toujours la possibilité de proposer éventuellement une réglementation pour les véhicules à zéro émission. Cependant, MÉC croit qu’actuellement, le Québec a déjà établi un scénario gagnant avec la Stratégie d’électrification des transports 2013-2017. Cette stratégie offre un plan robuste et dynamique dont l’objectif est de promouvoir l’adoption des VÉ par l’entremise de politiques, d’incitatifs, des parcs automobiles (incluant les taxis) et de l’infrastructure. Ces mesures encouragent les ventes et l’utilisation du VÉ plutôt que de proposer des exigences additionnelles aux concessionnaires, aux consommateurs et aux constructeurs, comme dans le cas d’une réglementation zéro émission. Une des meilleures politiques récemment annoncées est le prolongement de 3 ans des incitatifs financiers actuels pour les consommateurs, ce qui envoie un signal très positif aux concessionnaires et leur permet d’augmenter leur stock en toute confiance.

MÉC s’engage à travailler en collaboration avec les responsables au Québec et autres chefs de file provinciaux pour accélérer l’adoption du VÉ. Il n’y a jamais autant eu de choix de VÉ pour le consommateur et jamais il n’y a eu autant de collaboration entre les constructeurs, le gouvernement, les environnementalistes, les fournisseurs d’électricité et les autres parties prenantes du VÉ. C’est pour cette raison, et grâce à la force de la stratégie du Québec pour le VÉ, que MÉC croit fermement que la clé du succès réside dans les stratégies mises en place par le gouvernement et qu’une réglementation zéro émission n’est pas nécessaire en ce moment.

Suivez-moi

Jean-Claude Cousineau

Jean-Claude Cousineau est le fondateur du site Éco-Énergie à Montréal. Depuis avril 2015 il travaille pour Les Entreprises Ecosolaris. Ilest responsable du département dédié aux bornes de recharge et accessoires pour voitures électriques
Suivez-moi

Les derniers articles par Jean-Claude Cousineau (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *