La compagnie québécoise Enerkem veut produire de l’essence synthétique verte‏

Enerkem - carburants renouvelables de substitutionLe 14 mai dernier, je publiais le communiqué de la compagnie québécoise Énerkem intitulé Enerkem lance un projet de R-D sur les carburants renouvelables de substitution. Le physcien Pierre Langlois nous explique aujourd’hui les avantages de ce type de carburant.

Dans le cadre d’une entente nouée avec le physicien Pierre Langlois , Éco-Énergie à Montréal et Roulezelectrique ont obtenu le privilège de vous présenter le contenu intégral des infolettres qu’il publie sur une base régulière. Mentionnons que Pierre Langlois est consultant en mobilité durable, auteur et conférencier. Il est d’ailleurs l’auteur du livre Rouler Sans Pétrole, publié aux Éditions MultiMondes. On a pu l’apercevoir au petit écran dans des reportages consacrés aux hybrides rechargeables et aux batteries et voitures électriques, à l’émission Découverte, entre autres, où il a témoigné en tant qu’expert. Un gros merci à lui.

 

La compagnie québécoise Enerkem veut produire de l’essence synthétique verte‏

Bonjour à tous

Quelques mots pour vous annoncer un projet de recherche important initié par la compagnie québécoise Enerkem, pour fabriquer un carburant de remplacement pour l’essence, ne nécessitant aucune adaptation des moteurs ou des réservoirs («drop-in fuel»). Voir le site de la compagnie à la section Salle de Presse, en date du 14 mai 2013.

http://www.enerkem.com/fr/accueil.html
 Enerkem - production carburant renouvelable de substitution - essence verte

Enerkem a obtenu une subvention de 1,1 millions de dollars de Ressource Naturelles Canada, via écoÉnergie.

L’énorme avantage d’un carburant de substitution c’est qu’on peut le mélanger dans n’importe quelle proportion à de l’essence, et qu’il a sensiblement la même quantité d’énergie par litre, et les mêmes propriétés aux températures froides.

Ce n’est pas comme l’éthanol pour lequel il faut modifier les moteurs, les réservoirs et les conduits d’une voiture pour en introduire plus de 10 % dans l’essence. Par ailleurs, les voitures flexfuel qui peuvent accepter 85% d’éthanol ont besoin d’un réservoir plus gros, car chaque litre d’éthanol contient 33% moins d’énergie qu’un litre d’essence. Enfin les moteurs ont de la difficulté à démarrer par temps froid avec un pourcentage trop élevé d’éthanol. On recommande 15 % d’essence pour des températures inférieures à 15°C et encore plus d’essence aux températures plus froides.

Aucun de ces problèmes avec de l’essence synthétique verte faite à partir de déchets, une autre façon de rouler sans pétrole.

Souhaitons bon succès à ce projet important!

Bien cordialement

Pierre Langlois, Ph.D., physicien
Consultant en mobilité durable,
Auteur et conférencier

Téléphone : 418-875-0380
Courriel: pierrel@coopcscf.com
Site Internet: www.planglois.com

Pierre Langlois - consultant mobilité durable - auteur - rouler sans pétrole

L’information et la solidarité sont les deux piliers des véritables changements

Pour consulter les archives des infolettres de Pierre Langlois, cliquez ICI

 

Suivez-moi

cousjoo

Jean-Claude Cousineau est le fondateur du site Éco-Énergie à Montréal. Depuis avril 2015 il travaille pour Les Entreprises Ecosolaris. Ilest responsable du département dédié aux bornes de recharge et accessoires pour voitures électriques
Suivez-moi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *