Autobus hybrides à la STM: Économie de 30%

Autobus hybrides STM Montréal - économie 30%En avril 2008,  la STM débutait l’essai d’autobus hybrides sur certains parcours. Dans le cadre d’un reportage très intéressant de l’émission Découverte on présentait dimanche dernier certains des résultats obtenus. Enfin des résultats dans un contexte réel et non basé sur des impressions. Des autobus de même taille, du même fabricant (Nova Bus), sur les mêmes parcours, bardés de capteurs pendant 1 an… Le but: déterminer les conditions avantageuses pour l’utilisation des hybrides

Quelques faits marquants:

Un autobus dit “conventionnel” consomme environ 66l de biodiésel au 100km

Un autobus hybride coûte environ 200 000$ de plus que son équivalent “conventionnel”

Le moteur électrique de l’autobus hybride lui permet d’accélérer jusqu’à 20 km/h
Lors d’un ralentissement, un système de récupération de l’énergie recharge la batterie NiMh (même type que la Toyota Prius) qui est située sur le toit. A Seattle où 150 autobus hybrides utilisent ce type de batterie depuis 8 ans, aucune défaillance n’a jamais été vécue.

Avec l’utilisation de la version “hybride”, des économies moyenne de 30%, pouvant aller jusqu’à 40% dans certains cas ont été obtenus sur des parcours urbains marqué de multiples arrêts/départs. On parle donc d’une économie de 20l/100km. Toutefois, sur des parcours dit “Express”, les économies ne seraient que de 10%.

Gros atout écologique des hybrides: diminution des émissions de gaz à effet de serre, diminution des émissions de monoxyde de carbone (toxique) ainsi qu’une réduction des émissions de particules de suie dû au carburant mal brulé lors des départs (cancérigène).  (voir photos ci-bas).

Échappement d'un autobus hybride - autobus hybride STM
Échappement d’un autobus conventionnel

Échappement d’un véhicule hybride

En étudiant les autobus “conventionnels” dans le cadre de cet essai, des mesures d’économie ont été identifiées permettant de faire chuter leur consommation de 15% à 20% (Programmation des transmissions en fonction du relief du parcours et remplacement de l’immense ventilateur hydraulique assurant le refroidissement du radiateur par un ensemble de ventilateurs électriques)

Finalement, il semblerait qu’il ne soit plus nécessaire avec les hybrides de reconstruire la transmission au 3 ans (comme c’est le cas pour les autobus “conventionnels”),  la transmission ne montrant aucun signe d’usure après une simulation de 200 000 km.

Note: Dans le reportage on ne fait pas mention du remplacement des plaquettes de frein mais on peut facilement s’imaginer qu’on doive les changer beaucoup moins régulièrement

Cliquer ici pour visionner ce reportage

Reportage autobus hybride STM


Suivez-moi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *