Résultats positifs pour la STM en matière de réduction GES

Communiqué

Résultats positifs pour la STM en matière de réduction GES

STM - Bilan émission GESMONTRÉAL, le 19 sept. 2013 /CNW Telbec/ – Dans la foulée du dépôt du Plan de réduction des émissions de GES de la collectivité montréalaise de la Ville de Montréal, la Société de transport de Montréal (STM) dévoile ses résultats en matière de réduction de GES depuis 2006 et rappelle ses principales mesures pour contribuer à l’atteinte des objectifs de réduction de 30% des émissions de GES de la collectivité.

« Du point de vue de la réduction des émissions de GES, le plus grands succès de la STM est celui d’avoir augmenté de 13,6 % son achalandage depuis 2006. Il s’agit d’un succès remarquable dans la mesure où chaque client du transport collectif émet en moyenne quatre fois moins que l’auto-soliste », a expliqué le président du conseil d’administration, M. Michel Labrecque.

Des résultats probants

En 2012, la STM a effectué quelque 413 millions de déplacements dans l’ensemble de son réseau de métro et de bus en émettant seulement 0,3 % des émissions de GES totale au Québec.

Forte de ce succès, la STM s’est engagée à faire plus en réduisant ses propres émissions de GES. En effet, sa part d’émissions a diminué de 9,4 % par passager-kilomètre entre 2006 et 2012. Ces gains ont été obtenus grâce à un cocktail de mesures, notamment celles liées à l’utilisation du biodiesel depuis 2007, à la mise en place de près de 100 km supplémentaires de mesures préférentielles pour bus depuis 2008, ainsi qu’au changement du programme des transmissions électroniques sur 418 bus et à l’installation de ventilateurs de refroidissement des moteurs moins énergivores sur 240 bus.

Plus de clients en transport collectif pour réduire les émissions de GES

Pour appuyer le plan de réduction de GES de la Ville de Montréal, la priorité du Plan stratégique 2020 de la STM est d’améliorer l’offre de service de 32 % et d’accroître de 40 % son achalandage pour atteindre 540 millions de déplacements en 2020. Par ailleurs, elle a l’intention de poursuivre ses efforts pour réduire ses propres émissions de GES de 20 % d’émissions de GES par passager-kilomètre grâce à l’arrivée des nouvelles voitures de métro dès 2014, l’acquisition de bus à propulsion hybride et l’ajout de plus de 200 km de mesures préférentielles pour bus (voies réservées et feux prioritaires), ce qui porterait le total à 370 km d’ici 2020.

Dans la mesure où déjà 69 % de l’ensemble des déplacements de la STM se font en mode partiellement ou totalement électrique – incluant le métro depuis 1966, la STM compte poursuivre sa stratégie d’électrification pour atteindre 86 % d’ici 2020. Parmi les initiatives déjà en cours, rappelons l’acquisition de midibus électriques, l’étude sur l’implantation d’un réseau de trolleybus ainsi que une participation active avec l’industrie pour le développement d’un bus régulier à propulsion 100 % électrique.

« Adopté en 2013, notre deuxième Plan de développement durable propose des objectifs ambitieux soutenus par un ensemble de mesures. Pour y arriver, la Société doit absolument compter sur de nouvelles sources de financement dédiées, indexées et récurrentes. Grâce à cet appui financier, la Société pourra continuer de contribuer de façon significative aux objectifs de développement durable de la ville de Montréal et du gouvernement du Québec », a conclu M. Labrecque.

Rappelons que le Plan de développement durable 2020 et le Rapport de développement durable 2012 sont disponibles à l’adresse suivante :

http://www.stm.info/fr/a-propos/informations-entreprise-et-financieres/presentation-de-la-stm/developpement-durable

SOURCE Société de transport de Montréal

Suivez-moi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *