monteurs-ligne-35-kv-1

La ligne de transport à 735 kV fête ses 50 ans


L’innovation qui a changé le cours du développement énergétique du Québec

monteurs-ligne-35-kv-2Le 29 novembre 1965, le Québec a révolutionné le monde de l’électricité. Devant les dignitaires rassemblés pour l’événement, la première ligne à haute tension à 735 kilovolts (kV) au monde est mise en service. Cette innovation, suivie avec beaucoup d’intérêt par la communauté scientifique internationale, allait transformer le cours du développement énergétique du Québec.

La ligne de transport à 735 kV : une grande innovation québécoise fête ses 50 ans

Le défi
À l’aube des années 1960, la demande d’électricité croît rapidement au Québec – au rythme de 7 % par année –, exigeant d’Hydro-Québec qu’elle double sa capacité de production tous les 10 ans. À cette époque, les centrales hydroélectriques sont situées relativement près des grands centres de consommation dans le sud du Québec. Si le Québec veut poursuivre le développement de ses ressources hydrauliques, il faudra aller de plus en plus loin. Des projets dans le nord semblent prometteurs : Manic-Outardes, La Grande… Mais comment en rentabiliser l’exploitation et acheminer toute cette électricité vers le sud ?

Ce défi dépasse les limites de la technologie du transport d’électricité de l’époque.

Pour transporter efficacement l’électricité sur des distances de plus en plus longues(Cet hyperlien s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre), il faut élever le niveau de tension, ce qui permet de limiter le nombre de lignes nécessaires et de réduire les pertes électriques en cours de route.

En 1958, au Québec, les lignes de transport à haute tension sont exploitées à un maximum de 315 kV. Pour acheminer l’énergie du complexe Manic-Outardes qui produira un jour plus de 7 500 MW, il aurait fallu 12 lignes de transport à 315 kV sur une distance de 600 km. Les coûts des matériaux, de la construction, de l’entretien et des pertes électriques auraient été faramineux. Sans compter l’encombrement au sol…

Voir plus loin…
Alors que d’autres pays songent à développer des lignes à haute tension à 500 kV et même à 600 kV, Jean-Jacques Archambault, un jeune ingénieur d’Hydro-Québec, étudie un niveau de tension jamais envisagé jusque-là : 735 kV. Par ses calculs et ses plans, monsieur Archambault convainc la direction d’Hydro-Québec qu’il s’agit de la solution optimale à long terme pour les besoins du Québec.


À gauche, Jean-Jacques Archambault, inventeur de la ligne à 735 kV.

En août 1962, la Commission hydroélectrique de Québec donne le feu vert au projet. Pendant les trois années qui suivent, une véritable armée d’ingénieurs et de techniciens sera mobilisée.

L’ampleur du projet, les conditions climatiques souvent hostiles, une géographie difficile, ainsi que les traversées du fjord du Saguenay et du fleuve Saint-Laurent posent d’énormes défis techniques et humains. La réalisation de cette innovation est un exploit qui requiert du courage, de la vision et de la détermination.

L’impact de la ligne à 735 kV
La ligne à 735 kV changera le cours du développement énergétique du Québec.

En rentabilisant le développement des grands projets hydroélectriques éloignés, cette technologie a permis au Québec de s’appuyer sur une énergie propre et renouvelable, l’hydroélectricité, comme moteur de développement économique et industriel, plutôt que sur des centrales thermiques ou nucléaires.

Aujourd’hui, les Québécois bénéficient d’une production d’électricité à plus de 99 % d’origine hydraulique et de tarifs les plus bas d’Amérique du Nord.


Chaque ligne à 735 kV peut transporter plus de 2 000 MW, assez d’électricité pour alimenter 700 000 résidences.

Évolution du réseau de transport d’électricité

Au fil des ans, le développement du réseau de transport s’est poursuivi en fonction de l’évolution des besoins en électricité des Québécois. Cinquante ans plus tard, notre réseau comprend 9 lignes à 735 kV couvrant plus de 11 000 km. Ces lignes sont les principales artères de notre réseau de transport, le plus vaste d’Amérique du Nord (lien vers HQT). Elles acheminent l’électricité des installations de production situées surtout dans le nord du Québec, à la Baie-James et dans le corridor Manic-Outardes sur la Côte-Nord, vers les centres de consommation, dans le sud du Québec.

Grâce à ce réseau robuste, éprouvé et efficace, les Québécois bénéficient d’un approvisionnement fiable en électricité.


Principales lignes du réseau à 735 kV


Une
nouvelle étape
Le 24 avril 2015, le gouvernement du Québec annonçait une nouvelle étape dans l’évolution du réseau à 735 kV : le projet de la Chamouchouane-Bout-de-l’Île(Cet hyperlien s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre). Ce projet augmentera la capacité globale du réseau de transport tout en répondant à la demande croissante dans le sud du Québec.

La nouvelle ligne à 735 kV, la première depuis plus de 20 ans, permettra d’assurer la fiabilité et l’efficacité du réseau québécois ainsi que l’approvisionnement des grands centres de consommation à long terme.

Une pionnière reconnue mondialement
Véritable percée dans le monde de l’énergie, la première ligne à 735 kV constitue un grand pas vers la reconnaissance internationale du savoir-faire d’Hydro-Québec et de l’industrie électrique québécoise.

En 2001, la technologie de la ligne à 735 kV a été nommée « l’innovation technologique québécoise du 20e siècle » par l’Ordre des technologues professionnels du Québec.

Cinquante ans plus tard, la technologie des lignes à 735 kV est utilisée partout dans le monde, rappelant l’expertise technologique et l’esprit novateur des ingénieurs d’Hydro-Québec.

Source: Hydro-Québec

Suivez-moi

Jean-Claude Cousineau

Jean-Claude Cousineau est le fondateur du site Éco-Énergie à Montréal. Depuis avril 2015 il travaille pour Les Entreprises Ecosolaris. Ilest également un collaborateur du site Roulez Électrique.
Suivez-moi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *