Le Québec créerait 57% plus d’emplois en investissant dans les énergies vertes plutôt que dans le secteur pétrolier

Logo IRIS -- Institut de recherche et d'informations socio-économiquesSelon une note publiée hier par l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS), financée par la CSN,  les politiques industrielles canadiennes et québécoises rendraient le Québec captif de secteurs économiques peu créateurs d’emplois. Elle souligne également l’impact négatif qu’auraient les stratégies économiques du gouvernement fédéral sur le Québec.

Institut de recherche et d'informations socio-économiques - investissement énergie verte plus d'emplois que le pétrole
Source: Institut de recherche et d’informations socio-économiques

« Si nous souhaitons un développement économique pour le Québec, la filière verte est beaucoup plus prometteuse en matière d’emplois que “l’or noir” dont on parle amplement ces derniers temps. Par exemple, si les 115 M$ utilisés par Québec pour financer l’exploration pétrolière à Anticosti étaient plutôt utilisés pour l’efficacité énergétique, la bioénergie ou dans le secteur solaire, on aurait créé en moyenne 57% plus d’emplois. Le Québec ne prend pas un virage avantageux pour l’emploi en favorisant le développement des ressources non renouvelables » constate Bertrand Schepper, auteur de la note.

La rapport présenté hier retrace également l’histoire des politiques industrielles du Québec et du Canada et montre que le choix de l’exploitation des ressources non renouvelables trouve ses origines dans la dépendance du Québec aux stratégies économiques fédérales.

« Historiquement, les politiques industrielles canadiennes n’ont jamais été à l’avantage du Québec. Ce sont d’autres provinces – d’abord l’Ontario, ensuite l’Alberta – qui ont grandement bénéficié de l’action fédérale. Par contre, le Québec semble souvent emboîter le pas au gouvernement fédéral. C’est le cas avec la politique industrielle actuelle du gouvernement du Québec qui fonde ses espoirs de développement sur l’extraction d’énergies fossiles et l’exploitation minière » souligne Eve-Lyne Couturier, auteure de la note.

« Pourtant, cette stratégie de développement n’a pas aidé le Canada. À cause de l’effet du pétrole sur la devise canadienne, chaque emploi gagné dans le secteur pétrolier a été compensé par 30 emplois perdus dans le secteur manufacturier. Le pétrole rapporte gros à ceux qui l’exploitent, mais il n’est pas particulièrement créateur d’emplois, en plus d’être polluant » rappelle Bertrand Schepper.

 

Suivez-moi

Jean-Claude Cousineau

Jean-Claude Cousineau est le fondateur du site Éco-Énergie à Montréal. Depuis avril 2015 il travaille pour Les Entreprises Ecosolaris. Ilest responsable du département dédié aux bornes de recharge et accessoires pour voitures électriques
Suivez-moi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *