Plan d’action canopée 2012-2021 : « Vision Montréal réussit à introduire des mesures innovatrices en matière de verdissement » – Chantal Rouleau

Communiqué

Plan d’action canopée 2012-2021 : « Vision Montréal réussit à introduire des mesures innovatrices en matière de verdissement » – Chantal Rouleau

Logo Vision Montréal - Plan action canopée verdissementMONTRÉAL, le 6 déc. 2012 /CNW Telbec/ – « Vision Montréal se réjouit d’avoir convaincu la Commission municipale sur l’eau, l’environnement, le développement durable et les grands parcs de deux orientations nécessaires, lors de l’étude publique du Plan d’action canopée 2012-2021 : exiger des services d’utilité publique des compensations lors de l’abattage massif d’arbres, de même qu’évaluer la pertinence de recourir à la phytorémédiation dans les zones à décontaminer », a déclaré Mme Chantal Rouleau, mairesse de l’arrondissement Rivière-des-Prairies─Pointe-aux-Trembles et vice-présidente de la Commission. C’est aujourd’hui que la Commission présentait ses recommandations à l’issue d’une consultation publique effectuée cet automne.

Prévenir l’abattage massif d’arbres sur le territoire montréalais

La Commission recommande entre autres de demander au conseil municipal de mandater la Direction des grands parcs afin de mettre en place un programme de compensation à l’égard des services d’utilité publique, pour que des règles claires soient établies lors des coupes et de l’élagage d’arbres, du remplacement des arbres coupés et de l’entretien des terrains visés et pour la détermination du montant des amendes et des compensations qui pourraient s’appliquer.

La coupe de 348 arbres par Hydro-Québec en septembre dernier sur le territoire de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, sans aucune compensation financière de la société pour assurer leur remplacement, avait provoqué la vive indignation du conseiller de Vision Montréal de Sault-au-Récollet, M. Étienne Brunet. « Alors que la Ville de Montréal s’apprête à déployer son Plan d’action visant à accroître la canopée de 5 % d’ici 2025, il était primordial de réclamer un  programme de compensation pour remplacer les centaines d’arbres matures que s’apprête à couper Hydro-Québec. Nous avons aujourd’hui gain de cause », s’est réjoui M. Brunet.

Une solution durable pour les zones contaminées : la phytorémédiation

« Marquée par le passage successif de différentes activités industrielles sur son territoire, Montréal comporte de nombreux terrains contaminés. Le coût parfois élevé de la décontamination des sols freine le développement immobilier et la présence de ces terrains peut contribuer au développement d’îlots de chaleur dans la métropole », a souligné Mme Suzanne Décarie, conseillère de Vision Montréal de Pointe-aux-Trembles et membre de la Commission. Considérant l’avancement de la technologie en matière de décontamination des sols par les plantes, la Commission recommande donc d’évaluer la pertinence d’avoir recours aux phytotechnologies pour la décontamination des sols et de définir des zones sur le territoire montréalais où de tels projets de phytorémédiation pourraient être réalisés.

« La phytorémédiation est une solution plus abordable et écologique permettant de réhabiliter des terrains contaminés. La plantation d’espèces végétales avec des propriétés de bioaccumulation des métaux lourds remplit un objectif double à moyen terme. Elle permet d’offrir un couvert végétal vert, un plus pour la santé de la population, et permet également de contribuer au potentiel de développement des terrains à moyen terme. Son utilisation nous permet d’imaginer l’Est de Montréal passant du brun et gris… au vert et bleu! » a conclu Mme Rouleau.

SOURCE : VILLE DE MONTREAL – CABINET DE LA CHEF DE L’OPPOSITION OFFICIELLE

Suivez-moi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *