Hydro-Québec reporte de 2011 à 2012 le début des travaux de réfection de la centrale de Gentilly-2

Les travaux de réfection de l’unique centrale nucléaire au Québec,  Gentilly-2, qui produit 3% de l’électricité de la province, sont reportés en 2012. Hydro-Québec attendrait de voir comment se déroule la réfection des centrales de type similaire CANDU qui sont actuellement en cours à Point Lepreau  (Nouveau-Brunswick) et de Wolsong (Corée du Sud) avant d’aller de l’avant

Nul besoin de mentionner que ce projet de réfection rendu nécessaire par le vieillissement de la centrale, après plus de 25 ans d’exploitation sème la controverse. Le Parti Québécois demandait d’ailleurs en juin dernier que le gouvernement renonce à ce projet évalué à 2 milliard de dollars.

Hydro-Québec, elle, tient naturellement à aller de l’avant pour les raisons ci-dessous mentionnées ( source ):

  • La centrale est exploitée de façon sécuritaire depuis 25 ans et a fait ses preuves.
  • Gentilly-2 joue un rôle stratégique important puisqu’elle fournit de l’énergie en continu en plus de contribuer à la stabilité et à la fiabilité du réseau de transport.
  • Sa production n’est pas soumise aux aléas climatiques.
  • Le projet sera réalisé dans le respect de l’environnement et des communautés locales.
  • L’exploitation de la centrale et sa réfection représentent des retombées économiques importantes dans la région ainsi que pour l’ensemble du Québec.

Est-ce que le jeu en vaut véritablement la chandelle étant donné les risques que représentent le nucléaire ? Dans un intéressant article du Devoir intitulé “Réfection de Gentilly-2 – Pourquoi perpétuer l’erreur” datant de juin dernier, on aborde cet aspect en plus de nous mentionner que les coûts de production de Gentilly-2 sont de 7,2 cents le kilowattheure, alors que le coût de production moyen d’Hydro-Québec est actuellement de 2,1 cents le kilowattheure. Alors, pourquoi ne pas en profiter pour corriger une erreur du passé ( la construction de la centrale) sachant que “le risque zéro” d’accident nucléaire n’existe pas ?

Est-ce que le report du projet pourrait éventuellement mener à son annulation ? Le groupe ” Sortons le Québec du nucléaire”  l’espère bien ( voir cet article paru dans La Presse ). Et qui sait, l’avenir leur donnera peut-être raison si les coût de réfection des centrales Point Lepreau  (Nouveau-Brunswick) et de Wolsong (Corée du Sud) devaient exploser. Il serait alors gênant pour le gouvernement d’aller de l’avant avec ce projet. Enfin, je l’espère…

Voici le communiqué concernant le report des travaux.

MONTRÉAL, le 16 août /CNW Telbec/ – Hydro-Québec reporte de 2011 à 2012 le début des travaux de la réfection de la centrale nucléaire de Gentilly-2. Hydro-Québec a complété au début du mois l’arrêt de production annuel de la centrale dans le cadre de son programme d’entretien régulier et a constaté l’état satisfaisant des équipements.

La décision de reporter le début des travaux survient dans le cadre de la révision des échéanciers des réfections en cours des centrales de type CANDU de Point Lepreau (Nouveau-Brunswick) et de Wolsong (Corée du Sud). En outre, ce report permettra d’obtenir les assurances nécessaires quant à l’identité du prochain propriétaire d’Énergie Atomique du Canada limitée (EACL), principal fournisseur et entrepreneur dans le cadre du projet de réfection.

Hydro-Québec poursuivra ses investissements dans les activités régulières d’exploitation de la centrale et elle continuera de suivre de près les réfections en cours à Point Lepreau et Wolsong afin de profiter pleinement du retour d’expérience de ces travaux.

Gentilly-2, seule centrale nucléaire au Québec, produit depuis 25 ans une énergie fiable, constante, sécuritaire et exempte de gaz à effet de serre. Située près des grands centres de consommation de la vallée du Saint-Laurent, Gentilly-2 contribue également à la stabilité et à la fiabilité du réseau de transport d’électricité d’Hydro-Québec.

Avec ses 675 MW de puissance installée, elle fournit près de 5 TWh d’énergie par année, soit la consommation de plus de 270 000 clients résidentiels ou l’équivalent d’une agglomération comme la communauté métropolitaine de Québec. Elle représente près de 3 % du parc de production d’Hydro-Québec.

L’exploitation de Gentilly-2 permet le maintien de près de 800 emplois et des retombées économiques de 110 M $ par année dans la région. Le projet de réfection génèrera 800 emplois supplémentaires et des retombées économiques de 200 M$ pour la région et 600 M $ pour le Québec.

Suivez-moi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *