Autobus hybrides de la STM

La STM défend la fiabilité de ses autobus hybrides

Le 15 février dernier la STM a tenu à défendre ses autobus hybrides en affirmant que ces derniers sont des véhicules écologiques et fiables et que  leurs bénéfices de réduction de consommation de carburant et d’émission de GES sont bien réels.

Alors que des élus remettent en question l’achat d’autobus hybrides par la STM en se basant sur les résultats d’une étude de Hong Kong qui mentionne que ces derniers ne consommeraient en moyenne que seulement 6% moins de carburant que les autobus au diesel conventionnel et consommeraient même jusqu’à 16% plus de carburant lorsque le trafic est important ou pendant des journées chaudes en raison d’une utilisation accrue du système de climatisation, la STM a tenu à rectifier les faits.

Mentionnons également que dans un récent article publié sur le site de Radio-Canada on a même pu lire que le président du Syndicat des employés d’entretien de la STM affirmait que les nouveaux autobus hybrides tombaient plus souvent en panne que les autres et qu’il ne s’agissait pas de bons autobus.

Voici ce la STM avait à dire pour défendre ses autobus hybrides:

En marge de la publication d’articles présentant des allégations erronées sur la fiabilité et la performance énergétique des bus hybrides, la STM désire rectifier certaines affirmations.

En bref

  • La technologie hybride est le meilleur choix à l’heure actuelle.
  • La STM compte présentement 266 bus hybrides et 300 bus hybrides additionnels s’ajouteront en 2020.
  • Les bénéfices écologiques de ces véhicules sont factuels : réduction d’émission de GES et réduction de consommation de carburant.
  • Depuis la fin 2018, les bus hybrides sont plus fiables que la moyenne du parc de véhicules de la STM.
  • L’étude de Hong Kong ne peut être généralisée à Montréal.
  • L’hybride représente la meilleure option pour assurer le renouvellement du parc de véhicules, permettre l’augmentation de l’offre de service et de l’achalandage ainsi qu’effectuer la transition vers l’électrification du réseau de surface.
  • À l’heure actuelle, l’acquisition de bus électriques à grande échelle serait prématurée et requérait d’acquérir encore plus de véhicules pour offrir le même service, en plus de nécessiter des adaptations majeures à nos centres de transport et à nos circuits de bus, selon le type de technologie retenue.
  • Il n’aurait pas été possible d’accueillir 300 nouveaux bus électriques en 2020.

L’économie de carburant est réelle et mesurée

  • Selon la saison et la vitesse moyenne du bus, la réduction de consommation et de GES peut atteindre 30 % et dans les pires conditions, 8 %.
  • Le tout est conforme à une étude pour des hybrides de première génération que nous avions menée en 2009 avec la STO, le ministère des Transports du Québec et le ministère des Transports du Canada (http://www.sto.ca/ligneverte/_download/depliant_phybride_2_1.pdf).
  • Même par temps froid, la consommation d’un bus hybride est meilleure que celle d’un bus au biodiesel.
  • Seuls nos bus hybrides sont climatisés, ce qui influence la consommation.
  • Malgré que la consommation des bus au biodiesel a été réduite de 40 % depuis 2005, les hybrides demeurent encore plus efficaces.

Les bus hybrides sont plus fiables que la moyenne de notre parc

  • Il est faux d’affirmer que les bus hybrides sont moins fiables : c’est plutôt le contraire
  • La fiabilité des bus hybrides, mesurée avec l’indicateur utilisé à l’échelle mondiale de distance moyenne parcourue entre deux pannes (MDBF) est en forte hausse depuis 12 mois.
  • Cette famille de bus est même 36 % plus fiable que la moyenne de notre parc depuis la fin de 2018.

Autobus hybrides fiabilite STM

L’étude de Hong Kong ne peut être appliquée à Montréal

  • Contrairement à ce qui a été rapporté, les conclusions de cette étude ne peuvent pas être considérées pour Montréal
  • Les bus hybrides de Hong Kong sont totalement différents :
    • bus à deux étages
    • aucune récupération de l’énergie de freinage comme sur nos bus
  • Les conditions d’utilisation des bus de Hong Kong sont aussi complétement différentes :
    • Climat de Hong Kong très chaud à l’année
    • Pas de chauffage
    • La ville de Hong Kong comporte de nombreux dénivelés
  • Pour les bus hybrides de Montréal, les plus récentes mesures montrent qu’il y a effectivement une économie significative de carburant, et donc de réduction d’émission de GES.
  • Sans surprise, plus la vitesse moyenne (ou commerciale) est basse, plus l’économie est importante en raison de la récupération de l’énergie de freinage.

 

 

Suivez-moi

cousjoo

Jean-Claude Cousineau est le fondateur du site Éco-Énergie à Montréal. Depuis avril 2015 il travaille pour Les Entreprises Ecosolaris. Ilest responsable du département dédié aux bornes de recharge et accessoires pour voitures électriques
Suivez-moi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *